HORS D’ŒUVRE : freerando sur lit de poudre

La coutume veut qu’en tout début de saison on aborde le ski sans précipitation. On laisse la sous-couche se former, le manteau stabiliser, les domaines se préparer, ouvrir… Tout ceci est vrai, du moins pour des hivers réguliers, calés, théoriques… Les aléas climatiques que nous connaissons ont  quelque peu modifié la donne. Il n’y a plus forcément de système établi, la neige tombe (ou pas) quand elle veut, il peut s’en suivre une brutale augmentation des températures ou un long épisode anticyclonique, bien pour les amateurs de terrasses ensoleillées, moins bien pour les amateurs de neige fraiche. Non, en réalité, ceux-là se sont donnés de nouvelles règles : être réactif, bondir quand c’est bon, dès que possible.

Cette approche précoce de l’hiver, jadis conditionnée (pour les skieurs équipés en alpin) par l’ouverture du domaine (partielle ou totale) a beaucoup gagné en souplesse, en potentiel, avec le développement de la freerando ; Matériel spécifique et pratique offrant des possibilités nouvelles. Moyennant un effort, certainement bénéfique pour la mise en jambe, il est plus aisé de faire sa trace, sans se mettre la pression… Le plaisir est intact : la surface du ski est restée judicieusement large et la chaussure en position descente étonnement rigide ; le ratio montée/descente donne clairement l’avantage aux virages en apesanteur dans la poudre froide et légère.

Oui, mais… même si les cristaux volent, que l’air glacé pique le visage et que la glisse est au rendez-vous, on gardera toujours à l’esprit que l’on est en début de saison. Ce qui veut dire qu’au delà des précautions prises habituellement pour le hors piste (s’équiper de DVA, pelle, sonde et si possible sac à dos airbag ; consulter le BRA ; respecter les distances de sécurité ; évoluer dans des pentes inférieures à 30°… ), on observera des précautions toutes particulières pour ce moment de l’hiver. Le port du casque est conseillé cela va sans dire, mais il est nécessaire de skier avec retenu, en souplesse et avec une constante vigilance. Les trous ne sont pas forcément bouchés, en altitudes pour peu que le vent ait soufflé, les requins (rochers acérés dissimulés juste sous la surface de la neige) menacent, plus bas se sont les souches qui se cachent souvent sous ces beaux pillow et qui ne font pas de bien aux genoux… Enfin, même si l’on est bon skieur, cela reste la reprise et on doit se refaire cette musculation propre, gage de sécurité.

Ski en douceur alors, et en conscience des risques pour profiter au mieux de ces instants privilégiés, quand la qualité de la neige peut se consommer entre amis, ou bien accompagné, mais loin du tumulte de février, et sans se soucier de quoi demain sera fait…

It is customary to approach early-season skiing without haste. We let the snowpack build up and the snow settle, the ski areas get ready and open, etc. Or at least, this is what it used to be with regular, well- timed, conventional winters… But climate change is a game changer. The weather has become unpredictable, with snow falling or not whenever it wants, and sudden increases in temperature or long anticyclone episodes. This may be all good for sunny-terrasse lovers, but not for fresh-snow lovers. So the latter have adopted new rules: being reactive, putting the skis on at the very first opportunity.

For skiers with alpine equipment, the early season used to start with the partial and total opening of the ski resorts. But the ski season has become more flexible with the development of freeride skiing, which requires specific equipment and offers new possibilities. A good way to warm up your body, you need to put some effort into it, but it is easier to leave your trail in the snow without putting pressure on yourself… The pleasure remains intact: skis are wider to offer better support on snow powder and the bindings are in a surprisingly rigid downhill position. The ascent/descent ratio clearly gives the advantage to weightless turns in cold, light powder.

Yes, but… even if the fluffy snow sprays up into your face, the icy air stings your skin, and the glide is smooth, it’s good to keep in mind that we are at the beginning of the season. This means that in addition to the usual precautions taken for off-piste skiing (be equipped with a shovel, a probe and a transceiver, and possibly an avalanche backpack; consult the BRA, the French avalanche risk assessment bulletin; respect safety distances; evolve on a slope less than 30 degrees, etc.), it is recommended to wear a helmet, of course, but also to ski with restraint, flexibility and constant vigilance. At high altitudes, you might encounter holes, especially if the wind is blowing. Sharp rocks, tree stumps or roots may be hidden just under the surface of the freshly fallen snow, which can hurt your knees and represent a risk of injury in case of a fall. Ultimately, even if you are a good skier, it’s still the beginning of the season, so it is safer to prepare your muscles beforehand. So ski gently and be aware of the risks to make the most out of these precious moments, when you can make the first trails with your friends or your guide, far from the hustle of February and without worrying about what tomorrow will bring…

Informations

ESF 1850 : +33 (0)4 79 08 07 72

Bureau des Guides : +33 (0)4 79 01 03 66

Elite Ski Travel : +33 (0)6 62 03 94 02

Texte et Photos : Philippe Rebreyend