Couloir Nord de Grosse Tête

Pure-Courchevel-Décembre-2019-2-157

La Chasse au couloir

La chasse au couloir est un art difficile. Bien sur, il faut être capable de skier le dit couloir… mais surtout de le débusquer ! A ce jeu, Patrick, notre guide, a plus d’un tour dans son sac, et une connaissance du moindre recoin des Trois Vallées.

Il nous a conduit vers les Avals, porte d’entrée de la Réserve de la Vanoise, avec une idée derrière la tête. La nivologie des derniers jours étant idéalement stabilisée, sans réchauffement excessif, c’était l’assurance de trouver de la neige encore poudreuse dans quelques couloirs suffisamment encaissés.

Il connaissait déjà les deux ou trois candidats du jours, ceux qui avaient la bonne exposition, l’altitude suffisante et bien sur, qui n’était pas suffisamment évident pour avoir déjà été skié.

Après l’approche classique des Avals, et son court portage, nous nous sommes laissés glisser dans ce grand cirque à l’architecture complexe, habité d’une douzaine de sommets aux flancs très raides.

Parmi les choix possibles, nous nous sommes laissés convaincre que le couloir Nord de « Grosse Tête », sommet par ailleurs assez discret, n’était probablement ni aussi raide ni étroit qu’il n’y paraissait, tel que nous le voyions, pile en face de nous. Cela demandait un peu d’imagination, et surtout de la confiance dans notre guide.

S’il n’était ni si difficile, ni reculé au fond du massif, il devait bien y avoir un petit détail caché… c’était son accès, invisible et surtout assez délicat. Nous avons donc contourné la « Grosse Tête » d’abord en peaux de phoque, pour découvrir le ressaut raide et en neige assez dure, qui nous séparait de l’arrête sommital. Ski sur le dos, et sans crampons, notre progression fut lente, assurant chaque pas dans la neige très ferme de cette face Est. Une fois sur l’arrête, il ne nous restait que quelques mètres spectaculaires pour atteindre le sommet, à 2728 mètres.

Remis de nos efforts, nous avons fini par oser jeter un oeil à notre objectif du jour. Il apparaissait toujours aussi raide et étroit. La neige semblait parfaite, avec un fort cumul en son centre. Après la première section assez raide, nous nous sommes regroupés au niveau d’un étranglement encore plus raide. Patrick nous assura qu’il ne dépassait pas les 35 degrés, s’opposant au consensus qui penchait pour un bon 45 degrés. Nous tombions au moins d’accord sur le fait que les conditions étaient parfaites, et que trouver une telle pente, une telle neige avec finalement une approche de moins de deux heures était inespéré.

Après le couloir, le long cône était toujours en neige parfaite. Impossible donc de s’arrêter de skier avant d’être vraiment rendu sur le plateau des Avals, 500 mètres sous le sommet ! Derrière nous, le couloir de Grosses Têtes, semblait toujours aussi raide, toujours aussi étroit, et à peine un peu moins sauvage, rayés de nos 4 traces évocatrices !

Pure-Courchevel-Décembre-2019-2-158Pure-Courchevel-Décembre-2019-2-159Pure-Courchevel-Décembre-2019-2-161Pure-Courchevel-Décembre-2019-2-162

THE NORTH COULOIR of LA GROSSE TÊTE

Chasing couloirs

Skiing couloirs is a difficult art. It requires excellent skiing skills, but especially the ability to find couloirs! Patrick, our guide, excels at this game since he knows the 3 Valleys like the back of his hand.

He first led us to Les Avals, the gateway to the Vanoise National Park, where he knew the snow cover would be ideal in the northern couloirs.

After a short walk, we put our skis back on and slid down the big cirque of Les Avals before stopping to choose our path. Patrick convinced us that the North couloir of ‘La Grosse Tête’ was not as stiff and narrow as it looked like.

This path required a bit of imagination and, most of all, having faith in our guide. It turned out that it was just its diverted access which was quite delicate. We started by bypassing ‘La Grosse Tête’, first with our skins, then by carrying our skis on our back, going up the headwall. We were moving slowly, making sure each step we took on the firm ice of the east face was safe. Once on the ridge, we finished our ascension to the summit, at 2,728 m, after a few spectacular metres.

From above, the couloir looked just as steep and narrow as before, but perfectly snow-covered. After a rather steep first section, we regrouped at an even-stiffer narrow section. Patrick assured us that the slope did not exceed 35 degrees, although our guess was a good 45 degrees. However, we all agreed that the conditions were perfect and that finding such a slope with such snow within, it turned out, a less-than-two-hour approach, was a golden opportunity.

After the couloir, the long cone was still covered in perfect snow, prompting us to ski down to Les Avals plateau, 500 metres below the summit, in one go. Behind us, the La Grosse Tête’s couloir still looked steep and narrow, but a little less wild with our four tracks running down its slope!

Informations :
ESF 1850 : +33 (0)4 79 08 07 72
B° Guides : +33 (0)4 79 01 03 66
Elite Ski Travel : +33 (0)6 62 03 94 02