BEL-AIR FINE ART : The Future of Contemporary Art is Now

Logée au sein de l’Espace Diamant, Bel-Air Fine Art regorge de talents. Voici trois d’entre eux exposés dans toute leur originalité, mais aussi leur similitude lorsqu’il s’agit d’aiguiser les sens du marché international de l’art contemporain, à commencer par une star que l’on ne présente plus…

Koons et l’excellence Made In France

A force de talent et d’audace Jeff Koons, s’affirme définitivement comme intemporel. L’Américain devenu en 2019 l’artiste vivant le plus coté au monde, réinvente ses Balloon Animals en leur insufflant l’excellence d’une grande maison tricolore.

Fasciné par la porcelaine de Limoges, Koons s’est en effet associé à Bernardaud pour réaliser une série d’œuvres très élaborées. Depuis près de 160 ans, Bernardaud collabore avec les artisans les plus qualifiés dans son atelier de Limoges et a par le passé mis au point de nouvelles technologies pour réaliser Balloon Rabbit, Balloon Swan ou Balloon Monkey…

Les voici qui se sont attellés cette année au Balloon Dog Blue (40 x 48 x 15,8 cm), œuvre emblématique de la fameuse série Celebration. Une édition en porcelaine très limitée que Bel-Air Fine Art sera parmi les premiers au monde à proposer à la vente.

Que ce soient la séduisante surface réfléchissante, les nœuds complexes, les plis ou les torsions, aucun détail n’a été négligé dans le rendu en porcelaine pour donner toute leur splendeur à ce bestiaire étincelant. Cote exponentiel de leur géniteur oblige, ces toutous gonflés à bloc prendront de la valeur à peine franchi le seuil de leur nouvelle demeure.

L’Hyperréalisme d’une « reine »

L’hiver est là. Pas de quoi givrer les baigneuses parées de résine huilée de Carole Feuerman. Son œuvre débutée dans les années 70, devenue aujourd’hui incontournable sur la scène artistique internationale, est l’un des maître-étalon de l’hyperréalisme. Chez Bel-Air Fine Art, qui représente-là l’une des plus grandes artistes au monde, sa présence est gage de continuité d’une longue lignée. L’hyperréalisme étant un mouvement artistique que n’ont cessé de défendre François et Grégory Chabanian.

Chez l’Américaine, la présence de détails, dans le relief et la peinture de ses nageuses à bonnet, qui vont jusqu’aux gouttes d’eau sur la peau et des mèches de cheveux sensibles au moindre souffle, donne à contempler une humanité statufiée troublante de vérité. Ce n’est pas pour rien que Feuerman, encore présentée de fin novembre à début décembre à Miami Art Week par Bel-Air Fine Art à qui l’on doit aussi sa tournée européenne l’été dernier et son exposition en solo au Musée d’Art Moderne de Rome avant la Biennale de Venise 2022 en passant par le Palazzo Reale de Milan. Est baptisée la « reine du super-réalisme » par l’historien de l’art John T. Spike. Collectionnée par le couple Clinton, Kissinger ou l’Empereur du Japon, elle s’impose définitivement comme l’alter ego féminin de Ron Mueck, pape australien du genre.

Sexy future

Le photographe Philippe Shangti impose sa personnalité en s’exprimant désormais aussi bien à travers la sculpture, la vidéo, la peinture ou encore le spectacle vivant pour faire entendre ses engagements. Jeune talent du groupe international Bel-Air Fine Art, ce fin observateur de la nuit tropézienne et de ses excès, dénonce les vices de notre société et pointe du doigt les comportements humains pour réveiller les consciences. Ses sexy séries « No Cocaïne Here » ou « No Prostitution Here » se mêlent à celles issues de l’air du temps comme « Happiness Is Back ».

« Beauté sauvage » ou « Gendarmette » sont témoins de son amour des créatures de caractère et rappellent aussi combien Saint-Tropez demeure sa « ville muse ».

Sélectionné pour représenter la Principauté d’Andorre lors de la 58e Biennale de Venise en 2019, il persiste et signe avec son projet monumental choc, « Future Is Now ». Ou comment les comportements des hommes d’aujourd’hui déterminent de manière irréversible le monde de demain. Une fois encore, l’ambitieux Shangti qui, sous l’impulsion de Bel-Air Fine Art étend son univers, n’a qu’une obsession : briser les tabous !

Hosted in the gallery Espace Diamant, Bel-Air Fine Art is bursting with talents, one of whom needs no further introduction… With his creative skills and audacity, Jeff Koons has undoubtedly become a timeless artist. The American, who became the world’s highest-rated living artist in 2019, has reinvented his Balloon Animals by calling upon the excellence of a major French House. Fascinated by Limoges porcelain, Koons has partnered with Bernardaud to create a series of elaborate pieces of art. For nearly 160 years, Bernardaud has collaborated with the most skilled artisans in its Limoges workshop and has previously developed new technologies to help Koons create his Balloon Rabbit, Balloon Swan, Balloon Monkey and others. This year, they have worked on Balloon Dog Blue (40 x 48 x 15.8 cm), a very limited porcelain edition that Bel-Air Fine Art will be among the first in the world to offer for sale. Winter is here, but Carole Feuerman’s oil-on-resin bathers won’t get cold. Her work, which began in the 1970s, is one of the benchmarks of hyperrealism.

The depth of details in the relief and painting of her swimmers dressed with swim caps, such as the drops of water on their skin and the wisps of hair moving to the slightest breath, renders a disturbingly realistic portrait of life-breathing human beings. Feuerman’s art has made it to the collection of the Clinton couple, Kissinger and the Emperor of Japan.

The photographer Philippe Shangti denounces human behaviours to raise people’s awareness. His sexy series “No Cocaine Here” and “No Prostitution Here” mingle with those from the zeitgeist like “Happiness Is Back”. His obsession? Breaking taboos!

BEL-AIR FINE ART

Ouvert tous les jours / Open everyday – De 11h à 20h

Courchevel 1850 – Espace Diamant – Tél. +33 (0)6 11 15 83 73 – courchevel@belairfineart.com