100 POUR 100 COURCHEVEL

Depuis sept décennies, l’histoire de Courchevel s’écrit au travers d’hommes et de femmes, amoureux de la montagne et du ski. Visionnaires, précurseurs, entrepreneurs, audacieux ; ce sont eux qui ont façonné la station joyau des Alpes, à l’origine dévolue au tourisme social et devenue symbole d’excellence dans le monde entier.

Courchevel was born on originally pasture land in 1946 from the initiative of the General Council of Savoie to create a resort accessible to all.

Pure-Courchevel-Décembre-2019-1-112

Initialement terre d’alpages, Courchevel naît en 1946 de l’initiative du Conseil Général de la Savoie. Dès le départ, les instances politiques s’orientent vers la création d’une station à vocation sociale. Portée par des figures telles que le champion de ski Jean Blanc ou Emile Allais, la station se structure autour de ce qui constitue toujours un de ses atouts majeurs : le ‘’ski aux pieds’’. L’emblématique Courchevel se construit peu à peu grâce à quelques enfants du pays et aux pionniers venus d’ailleurs qui arrivent dès l’après-guerre. Encore représentées aujourd’hui, les familles Blanc, Mugnier, Devouassoud, Gormier, Blanc-Tailleur, Botta, Tournier, Pinturault, Leupeudry, Fenestraz, Bertrand, Toussaint, etc… jouent un rôle essentiel dans la montée en gamme de la station. Au fil du temps et de nos jours encore, d’autres acteurs majeurs se joignent à cette quête de l’excellence, apportant toujours plus de services, de prestations et de produits de luxe. Notre magazine, la TRIBUNE DE COURCHEVEL puis PURE COURCHEVEL les accompagnent depuis les années 80. Ce centième numéro est dédié à toutes ces forces vives, pour comprendre leurs contributions au développement de notre belle station. Car sans eux, Courchevel ne serait pas ce qu’elle est.

Courchevel has been planned by figures of the time around the “ski in and ski out” concept. The iconic resort was developed little by little through the hard work of some locals and pioneers who came after the war. Some of these families still stand today and keep playing an essential role in the growth of the resort. Over time and even nowadays, other major actors have joined this quest for excellence. Our magazine LA TRIBUNE DE COURCHEVEL and then PURE COURCHEVEL has been following them since the ’80s, with this 100th edition, we want to honour them. This hundredth edition is dedicated to all these driving forces to spotlight their contribution to the development of our beautiful resort. Because without them, Courchevel would not be what it is today.

 

1947 72 ans déjà…

LE PREMIER MAGASIN DE SPORTS DE LA STATION

Acteur fondamental de la création de Courchevel et de son évolution, JEAN BLANC ouvre sa boutique de sport en 1947, aux pieds des pistes et à deux pas de La Croisette. Natif du Praz et profondément amoureux de la station, le champion de ski veut ainsi créer des emplois pour faire vivre les gens du cru. Et cette contribution essentielle à la vie économique de la station perdure, puisque Jean Blanc Sports emploie aujourd’hui encore 30 personnes. Depuis qu’il a commencé à travailler dans l’affaire en 1981, Alain Blanc continue dans la discrétion à porter les valeurs de respect du client et de qualité des produits, instaurées par son père. Dans cette lignée, Jean Blanc Sports propose toujours des services de location et de vente de matériel de ski haut de gamme, ainsi que des vêtements et accessoires des plus belles marques.

Jean Blanc, a key figure in history of Courchevel, opened his sports store in 1947. As a native of Praz and big fan of the resort, the ski champion wanted to create jobs to support local people. This contribution to the economic life of the resort continues today, since Jean Blanc Sports still counts 30 employees. Since he started working in the family business in 1981, Alain Blanc continues to carry on his father’s values.

Pure-Courchevel-Décembre-2019-1-113en 1953

UNE ÉCOLE DE SKI INTERNATIONALE

A Courchevel 1850, l’ESF est née en 1947, en même temps que la station. À l’époque, les trois moniteurs fondateurs – Léo Zavaneski, Camille Curtet et Jean Sallier – n’imaginaient peut-être pas l’essor qu’allait connaître la réputée école. Dans les années 1960, soixante moniteurs avaient déjà rejoint ses rangs. Aujourd’hui ils sont plus de 500 et 13 nationalités sont représentées ! Ce panel d’expertises permet aux hommes et femmes en habit rouge d’attirer des clients Premium venus du monde entier, en leur apportant un enseignement réputé dans la langue de leur choix. Des enfants (dès l’âge de 18 mois) aux adultes, en passant par les ados, L’ESF 1850 propose une gamme étendue de prestations dédiées, individuelles ou collectives. Et l’école développe régulièrement de nouvelles activités. Cette année, c’est MONTAGNE ACADEMY qui occupe le devant de la scène. Un véritable enseignement du ski hors-piste pour sortir des sentiers battus et suivre ainsi partout les traces de l’ESF 1850.

ESF was born in Courchevel 1850 in 1947 and now gathers more than 500 ski instructors representing 13 nationalities! These expert skiers dressed in red attract premium customers from around the world by providing them top-quality teaching in the language of their choice. The school also regularly develops new activities. New this year is the ESF Montagne Academy, which teaches off-piste skiing.

Pure-Courchevel-Décembre-2019-1-114Léo Zavaneski, l’un des 3 moniteurs fondateurs en 1947.

Pure-Courchevel-Décembre-2019-1-115

 

1948 71 ans déjà…

Pure-Courchevel-Décembre-2019-1-117Le Lana en 1961

Pure-Courchevel-Décembre-2019-1-118Nils, Catherine, Éric et Joy Tournier

Pure-Courchevel-Décembre-2019-1-119Lucien et Nicolas Tournier

Pure-Courchevel-Décembre-2019-1-116

Jo & Catherine Tournier

PREMIERS CRÉATEURS D’AMBIANCE

Impossible d’évoquer l’histoire de Courchevel sans mentionner la famille Tournier, tant les deux sont liées. Arrivé de Chamonix en 1948, Joseph Claret-Tournier crée un premier établissement : « L’équipe », bar incontournable où les gens dansaient à l’apéritif. Il le complète avec l’hôtel Tournier (depuis agrandi et devenu le Saint Joseph 5*). Et, ouvre en face la première boîte de nuit La Grange avec des animaux, vaches, moutons…bercés par la musique. ‘’Créateur d’ambiance’’ hors pair, Joseph contribue à faire de Courchevel ‘’une place to be’’ festive, enviée du monde entier. Et l’entrepreneur visionnaire ne s’arrête pas là ! Il investit dans d’autres emplacements stratégiques de la station : au centre avec Le Choucas devenu le restaurant d’ambiance L’Aventure, et même sur les pistes avec L’Altitude 21, actuel Cap Horn. En 1961, il reprend Le Lana, premier 4* de Courchevel 1850. Avec son épouse Catherine, Joseph agrandit et embellit l’hôtel, devenant un acteur majeur de la montée en gamme de la station. Depuis son décès en 1993, Le Lana est dirigé par son fils Nicolas (également propriétaire du Night Club Les Caves). En parallèle, La Maison Tournier se développe au fil des années, en un éventail d’hôtels et de restaurants au luxe non ostentatoire et à l’atmosphère unique. Un style initié par Joseph Claret-Tournier et sans nul doute perpétué par ses petits-enfants Joy et Nils, œuvrant aujourd’hui respectivement au Cap Horn et à L’Aventure.

After his arrival from Chamonix in 1948, Joseph Claret-Tournier founded L’Hôtel Tournier, now known as the five-star hotel Le Saint-Joseph. Then, he opened the first bar and the first nightclub of the resort. As a creator of atmosphere, he has helped make Courchevel “THE festive place to be”. This visionary has also invested in Le Choucas (now known as L’Aventure) and L’Altitude 21 (Cape Horn). In 1961, Joseph Claret-Tournier took over the hotel Le Lana and expanded it with his wife Catherine. He became a major actor in helping the resort move upmarket. Since his death, the five-star hotel is run by his son, Nicolas, also owner of the nightclub Les Caves. In parallel, Maison Tournier keeps growing with the addition of discreet luxury establishments with a unique atmosphere: a style initiated by Joseph Claret-Tournier that his grandchildren, Joy and Nils, carry on.

PRÉSERVER L’IMMOBILIER

Pionnière s’il en est, Marie-Louise Devouassoud arrive avec son époux en 1948 et ouvre le premier hôtel de Courchevel : Les Grandes Alpes. En 1989, l’établissement est rasé, puis reconstruit selon sa configuration actuelle, à l’initiative du gendre de Marie-Louise Devouassoud, qui y installe ses agences ‘’Immobilière Diamant’’. En 2003, Gérard Trèves cède son entreprise à son gendre Joffray Vallat, qui fait également l’acquisition du bâtiment neuf ans plus tard. Toujours en quête d’évolution, le dirigeant de Vallat transforme Les Grandes Alpes en luxueuse résidence hôtelière, la première de la station . « Nous sommes toujours novateurs ! Jusqu’à maintenant, nous sommes ceux qui ont le plus construit à Courchevel. Et si nous avons vocation à bâtir, nous rénovons aussi des biens existants et contribuons ainsi à préserver l’immobilier. Avec notre service location, nous visons à maintenir 1117 lits chauds ! On fait vivre et évoluer la station. D’ailleurs, deux de mes cinq enfants y vivent à l’année. ». La relève des pionniers est assurée. In 1948,

Marie-Louise Devouassoud and her husband opened the first hotel in Courchevel: Les Grandes Alpes. Their son-in-law Gérard Trèves took over its direction, then handed it down to his own son-in-law, Joffray Vallat. The latter transformed the property into a luxurious hotel residence, the first of the resort. Always in search of evolution, the CEO of Vallat Groupe carries out many construction and renovation projects via his local agencies. Joffray Vallat strives to develop and preserve the real estate of Courchevel, where two of his five children live.

 

1957 62 ans déjà…

Pure-Courchevel-Décembre-2019-1-121Laurence & Patrick Lepeudry en 1994

Pure-Courchevel-Décembre-2019-1-120Daniel et Nany Lepeudry sur le Front de Neige en 1962

ENGAGEMENT COMMERÇANT

Elle est bretonne, il est normand, ils se rencontrent à Courchevel au début des années 1950 grâce aux familles Tournier et Bouvachon ! En 1957, alors que la station ne compte que deux magasins de sports, Daniel et Nany ouvrent une première boutique Ski Service : Le Chamois. Précurseurs, les Lepeudry créent également les premiers Ski Shops d’hôtels à Courchevel. Par ses propres activités et en tant que Président de l’association des commerçants, Daniel Lepeudry contribue durant plusieurs années au développement commercial de la station. Dans la lignée, son fils Patrick ouvre sa première boutique en 1985, en crée deux autres, et rachète les magasins familiaux. Le cofondateur de Skiset lance aussi en 1996 l’innovant concept-store ‘’Prends ta luge et tire toi’’ (racheté cette année par son fils Alric). Patrick Lepeudry – devenu à son tour Président de l’association des commerçants – et son épouse Laurence, développent leur Groupe, implantant de belles marques à Courchevel, comme Lacroix, Fusalp et Rossignol. Avec le lancement en cours de la nouvelle enseigne Netski, l’entrepreneur poursuit sa marche novatrice. Depuis l’arrivée des pionniers à Courchevel il y a soixante ans, le vent de l’innovation n’en finit pas de souffler…

Daniel and Nany Lepeudry opened their first Ski Service store in 1957, then the first Ski Shops in Courchevel hotels. As Chairman of the Traders’ Association, Daniel Lepeudry has contributed to the commercial development of the resort. Since 1985, his son Patrick has opened several boutiques and bought the family stores. In 1996, the cofounder of Skiset developed the innovative concept store ‘Prends Ta Luge Et Tire-Toi’, which was then bought by his son Alric. Patrick Lepeudry, who has become the Chairman of the Traders’ Association, and his wife Laurence also opened the Lacroix, Fusalp and Rossignol boutiques in Courchevel and are now launching a new brand: Netski.

 

1960 59 ans déjà…

Pure-Courchevel-Décembre-2019-1-122Le Tremplin dans les années 60

UN TREMPLIN POUR L’AVENIR Établissement phare au cœur de Courchevel 1850, le restaurant Le Tremplin doit un peu son existence au hasard. A la fin des années 1950, son futur fondateur Jack Bertrand, vient régulièrement aux sports d’hiver en Savoie. Visionnaire, il comprend vite que l’avenir va s’écrire à Courchevel. Ce parisien amoureux de la montagne, achète alors un local sur la Croisette. Pourtant spécialisé dans les jeux automatiques, l’audacieux entrepreneur se laisse convaincre d’y créer un restaurant ! Ouvert dès la saison d’hiver 1960-1961, Le Tremplin adopte l’esprit des grandes brasseries parisiennes. Une ‘’marque de fabrique’’ entretenue par Jean-Jack Bertrand qui rachètera l’affaire sous seing familial après le décès de son père. « A partir du début des années 1980, j’étais venu plusieurs fois pour travailler ici sur les instances paternelles. Mais cela ne me disait rien. J’étais un champion de ski, ce n’était pas mon domaine ! Et puis j’y ai pris goût. Je suis un gourmand ! Et depuis que j’ai repris en 1998, j’ai fait en sorte d’apporter au Tremplin les meilleurs et les plus exceptionnels produits que j’ai pu goûter dans le monde entier et qui ne se trouvaient pas encore à Courchevel ». Aujourd’hui Le Tremplin est l’adresse incontournable d’une clientèle exigeante venant déguster homard, langouste, caviar, truffes… et grands crus !

As a ski aficionado, Jack Bertrand would regularly come to Courchevel. In the late 1950s, the audacious Parisian entrepreneur bought a property at La Croisette with the dream of creating a restaurant. Le Tremplin opened its door in the winter of 1960-1961, offering the same spirit as the great Parisian brasseries. After the death of his father, Jean-Jack Bertrand bought the family business and kept it in line with this ‘trademark’. Since then, he selects the best and most exceptional products from all over the world to make Le Tremplin a prominent address for a demanding clientele coming to enjoy lobster, crayfish, caviar, truffles and great wines!

 

1962 57 ans déjà…

Pure-Courchevel-Décembre-2019-1-124Pure-Courchevel-Décembre-2019-1-126christiane et andré pinturault, leur fils claude et petite fille Sandra

LE LUXE HÔTELIER EN MONTAGNE

Guidés par leur passion de la montagne et du ski, Christiane et André Pinturault s’implantent à Courchevel au début des années 60. En 1962, ils fondent leur premier hôtel restaurant au cœur du Jardin Alpin. Les Sherpas sera à leur suite successivement dirigé par leur fille Martine et leur petite-fille Claire. Dix ans plus tard, le couple se lance dans la construction d’un second établissement, jouxtant les pistes sur le haut de la station. Baptisé Annapurna, ce premier hôtel de luxe ‘’nouvelle génération’’ ouvre pour Noël 1974. Claude Pinturault en prend la direction durant la saison 1985-1986. Il en laisse peu à peu les rênes à sa fille Sandra Pinturault, désormais Directrice Générale de l’hôtel depuis deux ans. Aujourd’hui, les hôtels Les Sherpas 4* et Annapurna 5* font partie des rares derniers établissements de la station appartenant toujours à la lignée des fondateurs. Une famille qui a donné vie au luxe hôtelier en montagne à Courchevel.

In 1962, Christiane and André Pinturault founded their first hotel restaurant in Courchevel named Les Sherpas, which was then successively run by their daughter Martine and granddaughter Claire. In December 1974, the Pinturault couple opened the first ‘new generation’ luxury hotel: Annapurna. Claude Pinturault took its direction in 1985 and is progressively handing it over his daughter Sandra. Today, the four-star hotel Les Sherpas and five-star hotel Annapurna are among the few remaining establishments of the resort still belonging to the lineage of their founders.

Pure-Courchevel-Décembre-2019-1-125L’hotel Annapurna en 1974

 

1975 44 ans déjà…

PRENDRE DE L’ALTITUDE

Courchevel Moriond, 1975. Une nouvelle télécabine est installée pour relier les pistes au Mont Bel Air. La mairie de Saint-Bon lance alors un appel d’offres pour l’ouverture d’un restaurant d’altitude à son arrivée. Natifs du Praz où leur famille est installée depuis plusieurs générations, les trois frères Gormier, Nène, Georges et Gérard, décident de se lancer dans l’aventure. Tous moniteurs de ski au sein de la station, ils s’appuient sur l’expérience de Gérard qui exerce déjà une activité de restaurateur. Durant l’été 1975, ils construisent eux-même le restaurant de piste le Bel Air qui accueille ses premiers clients à Noël. Depuis cette date, l’exploitation est toujours restée familiale. Trois générations se succèdent avec Georges puis Christophe et maintenant Julien, dans les traces de ses aînés, parmi les premiers à proposer des services de restauration sur les pistes de Courchevel.

When a new gondola was installed in Courchevel Moriond, the town hall launched a call for tender for the opening of an altitude restaurant at the gondola top station. The three ski instructors from Praz Nène, Georges and Gérard Gormier managed to build the piste-side restaurant Le Bel Air, which opened in 1975. The three brothers were among the first ones to offer catering services on the slopes of Courchevel. Since then, the restaurant has remained a family business. Three generations have followed the footsteps of their elders: first with Georges, then with Christophe, and now with Julien.

Pure-Courchevel-Décembre-2019-1-123

Les 3 frères Gormier en 1975

 

1978 41 ans déjà…

Pure-Courchevel-Décembre-2019-1-128La Saulire dans les années 60Pure-Courchevel-Décembre-2019-1-129Publicité dans la Tribune de Courchevel 1993

Pure-Courchevel-Décembre-2019-1-127

Publicité dans la Tribune de Courchevel 1997

DES DIAMANTS NOIRS À COURCHEVEL !

Le destin du restaurant La Saulire se joue en 1978 chez un notaire de Paris. Là, Jacques Trauchessec acquiert (sans l’avoir vu!) un salon de thé (et 5 chambres !), construit en 1948 dans le centre station. Résidant alors au Canada, le jeune homme a déjà des sources d’attachement pour le secteur : une maman originaire de Bozel, des vacances au ski depuis l’enfance, et de solides relations parmi lesquelles Henri Sauvanet, propriétaire d’affaires à Courchevel 1850. C’est sur les conseils de ce dernier que Jacques achète et crée La Saulire. Proposant au départ des spécialités savoyardes, le restaurant monte en gamme en 1995, adaptant sa carte (et sa cave!) aux attentes des russes, ces nouveaux clients, fervents amateurs de caviar et de grands crus. L’arrivée de Catherine en salle, puis du Chef Benoît Redondo devenu son époux, marque un nouveau tournant. La Saulire se spécialise dans la truffe, devenant ainsi une adresse référence qui fait se déplacer des gourmets venus d’un peu partout déguster les savoureux ‘’diamants noirs’’.

Jacques Trauchessec, who has maternal roots in the valley, bought a tea room in the heart of Courchevel 1850 in 1978. On the advice of Henri Sauvanet, a business owner in the resort, he created La Saulire. The restaurant initially proposed Savoyard specialties but has moved upmarket in the mid-1990s. The arrival of Catherine in the dining room and of Chef Benoît Redondo in the kitchen has marked a turning point. La Saulire now specialises in truffles and has become a reference in tasty dishes with “black diamonds”.

1981 38 ans déjà…

GASTRONOMIE ITALIENNE ET GRANDS CRUS

C’est en 1981 que Ted Di Trapani s’installe à Courchevel. Il acquiert le dernier local ‘’brut de béton’’ de 1850 pour y aménager le premier restaurant gastronomique italien de la station : La Cendrée. S’appuyant sur une brigade de cuisine exclusivement composée de chefs italiens, il mise sur une cuisine fine élaborée à partir des meilleurs produits transalpins qu’il va sélectionner lui même sur place. Il se révèle également précurseur dans le domaine des vins. Issu d’une famille de viticulteurs, Ted Di Trapani a la connaissance et le respect du vin. Il aime servir des vins ‘’prêts à boire’’ à ses clients fins connaisseurs. Une combinaison de gastronomie et de grands crus qu’apprécient les habitués et qui fait venir une clientèle française et internationale.

Ted Di Trapani created La Cendrée, the first Italian gastronomic restaurant of the resort, in 1981. He relies on a kitchen brigade exclusively made up of Italian chefs to offer a fine cuisine made from the finest Italian products. Born into a family of winemakers, Ted Di Trapani has developed his knowledge and respect for wine. He likes to serve ‘ready to drink’ wines to his fine connoisseurs. His combination of gastronomy and great wines is greatly appreciated by regulars and attracts a French and international clientele.

Pure-Courchevel-Décembre-2019-1-130

Publicité dans la Tribune de Courchevel 1989

 

1994 25 ans déjà…

DU TERROIR À L’ASSIETTE

Lorsque Thierry et Cécile Mugnier visitent pour la première fois le restaurant qui va devenir le leur, c’est encore une crêperie ouverte par intermittence ! À l’époque, le quartier Park City n’est pas non plus très développé… Mais cela n’arrête pas le couple, qui achète les murs en 1994 et ouvre le Genépi dans la foulée. Pour Thierry, Chef de Cuisine, c’est un aboutissement : il devient son propre patron. Et c’est aussi un retour aux sources. Car ce petit-fils de paysans et fils de moniteur originaire du Praz, a d’abord fait un tour de France qui l’a conduit dans les plus grandes maisons. Des expériences gastronomiques de haut vol sur lesquelles le Chef s’appuie pour faire rayonner l’image de la gastronomie locale en valorisant les produits du terroir. Et le public ne s’y trompe pas ! Depuis 25 ans, une clientèle locale et étrangère, exigeante et fidèle, revient au Genépi. Un succès culinaire mais aussi une question d’atmosphère grâce à l’ambiance chaleureuse instillée par Cécile, ponctuellement aidée par les filles du couple Victoria et Eléonore.

In 1994, Thierry and Cécile Mugnier opened their restaurant Le Genépi in Courchevel 1850. For Thierry, originally from Praz, it’s a return to his roots. The Chef worked in the most important French Maisons during a Tour de France. He builds on this experience to promote local gastronomy by favouring local products. Le Genépi has been a culinary success for 25 years while benefitting from the warm atmosphere Cécile ensures, with the occasional help of the couple’s daughters, Victoria and Éléonore.

Pure-Courchevel-Décembre-2019-1-132Thierry et Cécile Mugnier fêtant l’acquisition du restaurant EN 1994

Pure-Courchevel-Décembre-2019-1-131

LA CREPERIE en 1993

 

1995 24 ans déjà…

UN ESPRIT SPORTIF ET FAMILIAL

Faisant partie des tous premiers hôtels de Courchevel 1850, le Grand Hôtel Au Rond Point Des Pistes a été construit en 1957, là où il n’y avait encore rien ou presque autour ! Laissé à l’abandon durant trois ans au début des années 1990, l’hôtel renaît en décembre 1995. Il sera entièrement refait et reprendra ses activités sous la direction de Corinne Daehn, interprète de formation, tombée amoureuse de Courchevel dès 1983 et qui n’en est pas repartie ! Depuis 25 ans, elle met tout son coeur et son énergie à redonner sa place au centre de la station à ce bel établissement 4* historique de Courchevel. Sans toutefois le départir de son esprit sportif et familial d’origine, qui caractérise la station.

Grand Hotel Au Rond-Point Des Pistes, one of the very first hotels of Courchevel 1850, was built in 1957. It was abandoned in the early 1990s then reborn in December 1995 after a full renovation and recovery under the direction of Corinne Daehn. Since then, she strives to put the hotel back to the top within the resort without betraying its original sporty and family spirit.

Pure-Courchevel-Décembre-2019-1-133Le Grand Hotel Rond Point des Pistes en 1960

Pure-Courchevel-Décembre-2019-1-134

1995 24 ans déjà…

EN QUÊTE DE L’EXCELLENCE

Originaire de Corse, François Susini découvre la station en 1995, en y venant pour acheter la boîte de nuit Les Caves. Il gardera 6 ans le night club qui a fait à l’époque les plus belles nuits de Courchevel. Tombé sous le charme du village, il crée en 1998 le restaurant La Via Ferrata (qui ré-ouvrira l’an prochain avec un concept inédit). En 2000, François Susini acquiert le restaurant La Mangeoire et en multiplie la surface par 4 en moins de quatre ans ! Il crée un nouveau concept et une clientèle huppée s’y donne rendez-vous pour faire la fête toute la nuit. 2016 sera pour l’homme d’affaires l’année de l’ouverture du Nammos, miroir montagnard du célèbre établissement branché de Mykonos, et 2018, celle de l’acquisition du restaurant d’altitude Le Panoramic. En parallèle, François Susini investit dans l’immobilier de luxe. « Grâce aux actions de ceux qui nous ont précédés, nous avons été quelques-uns à pouvoir accompagner la montée en gamme de Courchevel. Dans tous nos projets, nous avons été guidés par le goût de l’excellence, l’envie d’offrir à nos clients les meilleurs séjours possibles. Et ceux qui viendront après en feront de même. Nous ne sommes qu’un des maillons de la longue histoire de Courchevel. ».

Originally from Corsica, François Susini discovered the resort in 1995 when he bought the trendy nightclub Les Caves, that he owned for six years. He fell in love with the village and in 1998, he created the restaurant La Via Ferrata, which will reopen next year with a new concept. In 2000, François Susini acquired the restaurant La Mangeoire and launched a new concept to attract an upscale clientele. The business man then opened the restaurant Nammos in 2016 and became the new owner of the altitude restaurant Le Panoramic in 2018. In parallel, François Susini invests in luxury real estate.

Pure-Courchevel-Décembre-2019-1-137Publicité dans la Tribune de Courchevel 1999Pure-Courchevel-Décembre-2019-1-136François Susini reçoit Patrick Poivre d’Arvor aux Caves en 1996, en arrière plan, Ticky Holgado.Pure-Courchevel-Décembre-2019-1-135

Publicité dans la Tribune de Courchevel 2002

1999 20 ans déjà…

Pure-Courchevel-Décembre-2019-1-139 Le Kilimandjaro à ses débuts, alors tenu par la famille LevetPure-Courchevel-Décembre-2019-1-138

Philippe et Suzanne Capezzone

ÉTOILES MONTANTES

A l’origine promoteurs immobiliers et exploitants de chalets à Val d’Isère, Philippe Capezzone et son épouse Suzanne se lancent dans l’hôtellerie à Courchevel en 1999. Avec leur partenaire financier Lord Stanley Fink, ils font l’acquisition d’un hôtel 3*** en bordure de la piste de Pralong. Entièrement détruit, l’établissement est reconstruit sous la forme d’un hameau de onze chalets reliés entre eux par une galerie. La famille Capezzone apporte ainsi à Courchevel un concept d’hôtellerie totalement novateur, qui n’était pas dans les codes de l’époque. Classé 4* luxe les premières années, Le Kilimandjaro fait partie des six premiers établissements français à décrocher une cinquième étoile en 2009. Intégralement réaménagé en 2016 sous la houlette de Thomas, le fils du couple, Le Kilimandjaro est devenu Le K2 Altitude, en référence au K2 Palace ouvert en 2011 à proximité du centre de la station. Depuis, la marque K2 Collections, qui met un point d’honneur à créer des établissements de luxe ayant une âme, s’est encore étoffée avec l’arrivée en 2017 du boutique-hôtel K2 Djola, au cœur de Courchevel 1850.

Philippe Capezzone and his wife Suzanne were originally developers and chalet owners in Val d’Isère. With their financial partner, Lord Stanley Fink, they acquired a three-star hotel in Courchevel 1850 in 1999. They destroyed it entirely and rebuild it in the form of a hamlet made up of 11 chalets connected by a gallery, therefore bringing a whole new hotel concept to Courchevel. The hotel Le Kilimandjaro, one the first six French establishments to win a fifth Michelin star in 2009, has been completely revisited in 2016 under the leadership of Thomas, the couple’s son. The hotel, now known as Le K2 Altitude, has joined the brand K2 Collections, which creates luxury establishments with a soul.

2000 19 ans déjà…

Pure-Courchevel-Décembre-2019-1-140Richard Doux

PRESTIGE AU SOMMET !

C’est en 2000 que Richard Doux, déjà joaillier dans le sud de la France, ouvre sa première boutique rue du Rocher. Une suite logique pour le dirigeant de l’entreprise familiale fondée dans les années 1960. « Je suis un grand amoureux de Courchevel où je fais du ski depuis l’enfance. A la fin des années 1990, j’entretenais de très bonnes relations commerciales avec Alain-Dominique Perrin, alors Président de la société Cartier (qui a été ensuite Vice-président du groupe de luxe Richemont). C’est lui qui m’a suggéré d’implanter les Maisons qu’il représentait dans la station. » Courchevel ne compte alors aucune des prestigieuses marques que Richard Doux va mettre à l’honneur ! Rolex, Chopard, Omega, Chaumet, Messika, De Grisogono et bien d’autres encore, trouvent ainsi naturellement leur place au fil des ans au sein de la belle boutique de Courchevel. Un superbe écrin d’horlogerie et de joaillerie qui scintille depuis vingt ans déjà.

Richard Doux, a jeweller in the south of France and a big fan of Courchevel, opened his first boutique in Rue du Rocher in 2000. He has then introduced prestigious brands to the resort when no one else did before! Rolex, Chopard, Omega, Chaumet, Messika, De Grisogono and many more naturally find their place over the years in the beautiful Courchevel boutique. A sumptuous display of watchmaking and jewellery that has been shining for twenty years already.