SAINT-TROPEZ LA PISTE ROYALE POUR SE RESSOURCER

Marc de Delley

Imaginez-vous siroter un cocktail qui contienne tous les composants pour vous ressourcer en quelques aspirations ; scotché à une paille qui distribue tous les bénéfices de savants ingrédients ingénieusement combinés les uns aux autres. Voilà comment se savoure Saint-Tropez. Comme une alchimie du réel juxtaposée à une bonne dose de rêve et une sacrée part de fantaisie avec mise en scène sur un plateau ciné-génique pimenté par un zeste d’extravagance. Le tout se mesurera à l’aune de l’aptitude de chacun à « déguster » une cité corsaire qui corse les sensations parfois jusqu’au vertige. Parcours dans les dédales d’un village dont on dit « qu’il se  mérite ». Et aperçu des raisons qui, mieux que la cité des Doges, continuent à faire de Saint-Tropez la cité des éloges.

DESTINS LIÉS
Celle que l’on surnomme aussi la cité des peintres rayonna sur la Méditerranée bien avant le défilé people qui, de Leonardo DiCaprio à Elton John, en passant par Madonna ou Neymar, l’été dernier encore, ambiançait les environs. Tout d’abord ligure, puis grecque, romaine et enfin provençale elle finira par devenir le « petit village de pêcheurs le plus célèbre au monde ». La voici, depuis le 28 septembre dernier, irrémédiablement lié à celle qui contribua grandement à sa renommée à partir du XXe siècle… Brigitte Bardot.

Le jour de l’anniversaire de sa plus célèbre résidente, une sculpture la représentant lovée dans un coquillage géant a été dévoilée à l’entrée du village. Cette nouvelle Vénus de Milo (Manara, le dessinateur qui a inspiré la sculpture) fait désormais figure de symbole. Quelle que soit la frénésie ambiante, l’imperturbable icône de bronze demeure impassible. Tout est restant ouverte à tous les possibles. Semblable à ce village qui s’est affirmée dans son aptitude à tout accueillir sans se renier.
Ici chacun pourra faire un pas de côté et, pour un temps, apprécier la douceur de vivre tout en remettant quand bon lui semble un coup d’accélérateur pour se propulser au nirvana des fêtes les plus endiablées.

CHARME INTACT
N’en déplaise à Sempé, cette joie de vivre partagée jusque sur les terrasses des cafés, à travers les allées de son fameux marché de la place des Lices et jusqu’au pied de son éternel clocher, le village a l’art de le cultiver depuis l’après-guerre.
Car enfin, dès que l’on quitte la foule qui se presse sur le port, opère le charme intact d’autrefois. L’hôtel de La Ponche, par exemple, a gardé l’esprit du temps jadis et offre la même vue qu’il y a cent ans.

Une déambulation dans les venelles jusqu’à la citadelle ou assister à sa pétaradante Bravade en mai, achèveront de confirmer le sceau authentique qui, malgré les prédictions d’oiseaux de mauvais augure, distingue à jamais la cité.

SACRO-SAINT SHOPPING
Et pourtant, chaque été, sa citadelle est secouée par les troupes de pacifiques envahisseurs qui viennent communier autour de festivals musicaux, dont Sting fut l’incontestable vedette l’été dernier, ou d’événements à l’américaine comme la Fight Night, qui n’ont rien d’ancestraux. Il en est de même pour la mode en perpétuel régénérescence.
De la rue Gambetta à la rue Allard en passant par la place de la Garonne, voici un parcours où s’affichent les créations de noms qui font rayonner la couture sur les podiums du monde entier. Ils côtoient des modèles originaux en osmose avec l’esprit des lieux. De quoi alimenter ce sacro-saint shopping couronné, chaque fin octobre, par la Grande Braderie des commerçants, qui voit les rues inondées de produits griffés à mini prix.

EAUX SAUVAGES
Jouer les fashion-victims n’empêche pas d’aller trouver refuge au sein de la nature d’où s’exhale le parfum des eaux sauvages qui lèchent les côtes de Ramatuelle (Cap Taillat, Camarat, l’Escalet, La Bastide Blanche…). Idem vers la zone boisée de Capon, cachée à l’ombre de pins parasols centenaires ou au beau milieu d’un domaine viticole pour de paisibles dégustations de Côtes de Provence réputés en bordure de vigne. Loin de la cohue saisonnière.

Alors que cela soit dit une bonne fois pour toutes. Qu’il s’agisse de prendre place à une bonne table où les saveurs ne connaissent pas de frontières, résider dans un cinq étoiles au cachet unique, se frotter aux utopies clignotantes de la fête sur le vieux port, se presser sur les quais ou en mer pour voir les fiers destriers des Voiles de Saint-Tropez ou s’allonger sur le sable de l’une des plages colorées qui font tout le charme et la particularité de Pampelonne, la donne n’a pas changé.

Comme du temps de la bande à Barclay, seule compte la convivialité qui se dégage du show permanent où se mélange dans un même bain aux bulles dorées, people (bien) aiguillés, altesses en marathon-soirées, capitaines d’industrie et politiques enfin décontractés, jet-setteurs jet lagués et vacanciers sur un nuage portés par de bonnes fées.

DE NOUVELLES ÉTOILES EN AVRIL
Et pour prouver, s’il était besoin, que Saint-Tropez continue de surprendre, voici que débarque dans le paysage du 10 au 14 avril, le Festival international du film de Saint-Tropez « Les nouvelles étoiles du cinéma ». Une première édition dont le postulat est de mettre en valeur les acteurs et actrices révélés dans un premier grand rôle. L’on imagine que s’il avait eu lieu en 1956, la cérémonie de clôture aurait eu pour star absolue celle qui désormais trône, impériale, à l’entrée du village, tel un trophée du 7e art grandeur nature… BB ! Et rappelle à tout un chacun que c’est à Saint-Tropez que Dieu créa la femme. Et mille autres merveilles.

SAINT-TROPEZ, THE PERFECT SETTING FOR REST AND RELAXATION
The place once nicknamed the city of painters was renowned throughout the Mediterranean long before the arrival of the world’s smart set. From Leonardo DiCaprio and Elton John to Madonna and Neymar, last summer saw the global celebrity elite set the tone in Saint-Tropez once again. Originally owned by the Ligurians, followed by the Greeks, the Romans, and then the Provençale people, this slice of paradise eventually became “the world’s most famous little fishing village.”
The local joie de vivre is palpable on the café terraces, in the alleys of its acclaimed market on the Place des Lices, and even at the foot of its timeless bell tower. After all, the village has been cultivating this way of life since the end of the war.
Strolling through the winding streets up to the citadel, or attending the Bravade procession in May, will confirm the village’s authenticity that has endured despite the naysayers, and that now defines Saint-Tropez more than ever.

The same goes for the constantly renewed selection of fashion houses. Needless to say, there is more than enough to fulfil everyone’s shopping needs. And don’t forget the Grande Braderie market in October, when the streets are filled with designer products at cut prices. But being a fashionista doesn’t mean you can’t go and recharge your batteries in the heart of nature, or breath in the aromas of the wild waves crashing against the shore of Ramatuelle at Cap Taillat, Camarat, l’Escalet and La Bastide Blanche. Alternatively, make your way to the tree-covered Le Capon park basking in the shadows of ancient parasol pines Or perhaps to one of the many local wineries for relaxed tasting sessions of our renowned Côte de Provence wines on the edge of the vineyard. Far from the bustling summer crowds.

Let it be said once and for all: Everything has remained deliciously the same, whether sitting down at an exceptional restaurant to indulge in French and international culinary delights, staying in a uniquely stylish five-star hotel, experiencing the heady rush of the local party scene on the port, hurrying along the quays to admire the imposing yachts at the Voiles de Saint-Tropez regatta, or lying down on the sand of one of the colourful beaches that contribute to the singular charm of Pampelonne.

The bronze sculpture of Brigitte Bardot inaugurated for her 83rd birthday on 28 September, adds the finishing touches to this idyllic setting. After all, it was in Saint-Tropez that God Created Woman. And countless other wonders at that.

Textes : Yan Harcourt – Photos : Marc de Delley