LE MONT DU CHAT 50 NUANCES DE BLANC

Pure Courchevel Février 2019

Alors que la saison bat son plein, il est toujours rafraîchissant de s’offrir une randonnée aux confins du domaine skiable. Pour profiter des conditions exceptionnelles. Patrick notre guide, nous propose de grimper au Mont du Chat, sur la crête spectaculaire séparant la Tarentaise de la Maurienne.

Cela implique un départ matinal de Courchevel, qui est aussi l’occasion de profiter des pistes des Trois Vallées dans des conditions optimales. Damage parfait et pistes désertes nous accompagnent jusqu’à Val Thorens, à une vitesse presque déraisonnable. Nous nous dirigeons vers la Cime Caron. Alors que nous avons déjà descendu plusieurs milliers de mètres de dénivelé, les choses sérieuses ne font que débuter. Glissant dans les traces de Patrick, nous quittons le « domaine skiable » par un dédale de combes suspendues. Et toujours par gravité, nous débouchons au sommet d’une large pente, totalement recouverte d’une poudreuse blanche immaculée. Perspective magnifique et réjouissante. Bien sur, la pente est rapidement dévalée dans une série de virages fumeux, pressés que nous sommes de mettre les peaux, et poursuivre vers le sommet. Il nous faut maintenant faire la trace pendant près d’une heure pour déboucher, en plein vent, au Col de la Vallée Etroite, quelques 2000 mètres au-dessus de la Maurienne. Encore quelques conversions acrobatiques sur cette crête vertigineuse et nous atteignons enfin le Mont du Chat ! A 2832 mètres d’altitude, la vue panoramique est exceptionnelle sur 360°. Des Aiguilles d’Arves au Mont-Blanc…ce sont toutes les Alpes du Nord que nous embrassons d’un tour de tête. L’autre atout du Mont du Chat est qu’il offre de nombreuses possibilités de descentes, à choisir selon l’humeur, l’état de la neige ou la fréquentation. Aujourd’hui, il n’y a pas à se poser de question. L’enneigement parfait, nous permet de nous offrir la plus belle pente, la plus directe dans une superbe poudreuse. La succession de combes fractionne naturellement notre descente et nous permet de nous regrouper, en prenant le temps d’apprécier le ski autant que le paysage littéralement féérique, tout en nuances de blanc. Le plus blanc des blancs est sans doute celui du Lac du Lou, écrasé par un soleil qu’aucun relief ne vient adoucir. Il marque aussi la fin de cette superbe descente, et la découverte de son accueillant refuge qui vient d’être restauré. De sa terrasse, nous contemplons toute notre descente. Du sommet au lac, il n’y a pas trace d’un cailloux…c’est comme si avions skié une aquarelle de Samivel…un rêve de skieur.

 

LE MONT DU CHAT 50 NUANCES OF WHITE

When the season is in full swing, it is always refreshing to escape on an adventure to the edges of the ski area. Eager to show us the best conditions this winter, our guide Patrick suggested we go up to Mont du Chat and the spectacular ridge separating the Tarentaise and Maurienne valleys. Our trip required an early start from Courchevel, which was also the chance to enjoy the best conditions on the pistes of the 3 Valleys. Perfectly groomed snow and empty slopes took us to Val Thorens at almost unreasonable speed! We headed towards the Cime Caron peak. We had already skied up several thousand metres of elevation difference, but the tough part was only just beginning. Following Patrick, we left the “traditional” ski area via a labyrinth of little valleys. Carried by gravity, we emerged at the top of a wide piste covered with immaculate white powder offering magnificent, heartening views. With a series of exhilarating turns we naturally made short work of the slope, eager to put on our snowshoes and continue to the peak. We then began an hour-long hike before arriving in the blustering wind at the Vallée Etroite mountain pass, some 2,000 metres above the Maurienne Valley. With another few acrobatic stunts along this dizzying ridge, we finally reached Mont du Chat! At 2,838 metres of altitude, we were treated to exceptional panoramic views from the Aiguilles d’Arves to Mont Blanc and all of the Northern Alps! The other advantage of Mont du Chat is that it offers many options for the descent, to be chosen based on mood, snow conditions, and busyness. We had an easy decision, as the perfect snow coverage meant we could take the best, most direct piste covered in superb powder. The succession of little valleys regulated our progress and enabled us to all stay together, while taking our time to appreciate the skiing and the magical landscapes in countless shades of white. But the whitest of the white had to be the snow around Lac du Loup, perfectly smooth and glistening in the sun. This was the final part of the amazing descent, and allowed us to discover the welcoming, recently-restored Refuge du Lac du Loup. While sat on the terrace, we looked out over the descent we had just completed. There was not a single mark visible on the snow from the peak down to the lake. As if we had skied through an aquarelle painting by Samivel. A skier’s dream.