Et après COURCHEVEL fondre sur… SAINT-TROPEZ !

Pure Courchevel Février 2017

Habitué invétéré ou visiteur en mode nomade, le monde entier un jour croise au large de Saint-Tropez. Gomme frottant l’asphalte, pâles tournoyants dans les airs ou turbines s’activant dans les eaux graciles de la baie, à chacun sa méthode pour approcher le « petit village de pêcheurs le plus célèbre au monde ». A chacun également son goût de la découverte… Mais voici tout de même quelques pistes afin d’aller au-delà du cliché carte postale pour accéder au tableau de celle que l’on surnomma aux prémices d’une popularité mondiale, la cité des peintres.

ALLURES DE RED CARPET

Même dans la frénésie touristique, Saint-Tropez garde l’imperturbabilité d’un phare qui balaye en tout sens d’authentiques gemmes à savoir dénicher. Une authenticité qui donne son cachet à un terrain de jeu foulé chaque saison par jet-set en folie, gotha mondial, people en goguette, écumes de la télé-réalité, paparazzi aux aguets, capitaines d’industrie flâneurs, politiques en représentation, anonymes crâneurs et têtes couronnées loin des turpitudes du palais. Sans oublier les simples vacanciers-spectateurs, ravis de telles évolutions. Sous la haie d’honneur formée par les splendides yachts alignés à quai et les façades provençales ocrées qui se découpent sur le vieux port aux allures de red carpet.

PRIS DANS LES ENTRELACS

L’art de Saint-Tropez réside dans ce naturel d’offrir sur un plateau doré toute la palette de trésors que l’on penserait ailleurs incompatibles sur un périmètre si réduit. Comment en effet imaginer se côtoyer à quelques mètres de promenade de tourtereaux, une citadelle, vigie gardienne ancestrale d’une vue imprenable qui accueille chaque été événements pugilistes (Fight Night) ou culturels (Nuits musicales), avec les plus courus palaces de la Côte d’Azur. De l’institution Byblos qui fêtera cet été en fanfare ses 50 ans à la Résidence de la Pinède désormais sous pavillon LVMH, mais avec toujours aux fourneaux, le jeune prodige culinaire, Arnaud Donckele , auréolé de ses trois étoiles Michelin. Idem pour la multitude de boutiques qui innervent les artères du village et constituent, de la mythique place des Lices en passant par la très huppée place de la Garonne, jusqu’aux voies des rues Allard ou Gambetta, la plus belle galerie de créateurs et de griffes de prestige internationales, à ciel ouvert. Les parcourir tout en se laissant aller à une déambulation hasardeuse à travers les venelles de la vieille ville, permettra de se perdre dans des entrelacs qui ouvriront sur un patrimoine riche de détails et d’Histoire(s). Autant que de nature et d’évasion. Ou comment passer d’une randonnée sauvage sur les sentiers du Cap Taillat, Cap Camarat, de l’Escalet ou de La Bastide Blanche, à une soirée haute-couture dans une villa digne d’un James Bond période Roger Moore.

GRAND MIX AMBIANCÉ

Car oui, au coucher du soleil, lumière sera faite sur une tout autre facette de la presqu’île. Éclairages artificiels pour fêtes grisantes qui firent scintiller Picasso, Brigitte Bardot, la bande à Barclay, celle à Bono ou plus récemment Leonardo DiCaprio qui, chaque mois de juillet, organise au Domaine Bertaud-Belieu son grand gala caritatif suivi par le tout Hollywood. Si les établissements de nuit font montre de toute leur superbe ambiancée, là encore la quête de quiétude peut s’arracher au détour d’une rue pavée, d’un restaurant en bois flotté ou sur une parcelle de sable fin face aux rivages. Sous le soleil ou la lune exactement de ces 4,5 kilomètres de côte qui abritent les plus originaux établissements de plage de Méditerranée… Pampelonne. Et là déguster l’une des cuvées de ces domaines qui inondent de leurs fines vendanges les plus belles tables locales. Sans parler de leur succès grandissant à l’export.

AU PIED DU CLOCHER

C’est tout cela Saint-Tropez. Mais tellement plus. Dès avril, le village qui gravite autour de son célèbre clocher bicolore devenu phare d’une couvée diaprée, peut autant faire figure de miroir aux alouettes que d’authentique repaire bâti sur de chaleureux éclats de terre de Provence. Le style de la presqu’île qui hypnotisa Bonnard a évolué sans renier ses fondements perpétués par les anciens. Car enfin, comment ne pas fondre pour un village qui a su préserver son identité en alternant défilés pétaradants de l’ancestrale Bravade en mai et ceux, tous mâts dressés, des incontournables Voiles de Saint-Tropez qui viennent prolonger la saison, juste avant la Grande Braderie de fin octobre. Nouvel épisode rythmé d’une cité qui toujours fait vibrer.

After Courchevel, slip into… Saint-Tropez!

The true art of Saint-Tropez is found in its natural way of presenting (on a silver platter) a plethora of pleasures that would be impossible to find in one place anywhere else. The choice is vast, ranging from the festive, cultural hotspot that is the citadel, to the five-star and palace hotels opened out onto a wealth of luxury boutiques that set the tempo in the village. At sunset, another side of the peninsula comes to life. Elegant lighting illuminates the wildest parties enjoyed by the indulgent jet-set, the world’s smart-set, merry-making celebrities, reality-TV stars, eagle-eyed paparazzi, laid-back titans of industry, anonymous hotshots and members of royalty escaping the trappings of palace life. Those looking for peace and quiet can explore the adorable paved streets, set off on a hike through the wilderness, or settle into a restaurant crafted in driftwood on the sand overlooking Pampelonne Bay. The impressive marches at the ancestral Bravade Parade in May and the hoisted sails of the unmissable Voiles de Saint-Tropez regatta keep the season going, followed by the Grande Braderie market in late October. Yet another exciting chapter in a village where every day is an unforgettable experience.